De nombreux dolmens, allées couvertes et tumuli sur le territoire attestent une occupation humaine qui remonte au Néolithique jusqu'à l’Âge du Fer. Il est à noter, que les voies anciennes qui peuvent pour certaines remonter à cette période, reprises et développées durant la période gallo-romaine, font l’objet d’une étude particulière au niveau local. Ce vaste chapitre est alimenté régulièrement.
La période gallo-romaine est par ailleurs exceptionnellement illustrée par le site de Locuon à Ploërdut, ancienne carrière dont on a extrait le granite qui a servi, notamment, à construire Carhaix. Il s'avère être un site majeur du point de vue scientifique, le front de taille encore visible a permis d'avoir une connaissance des techniques d'extraction de la roche à cette époque.
Le Haut Moyen Âge (Ve – IXe siècle) est matérialisé par des mottes castrales intactes et partielles ainsi que d’autres structures de type enceinte qui font l’objet de sondages et fouilles archéologiques ponctuels. Certains sites sont visibles du domaine public : la motte de Kermain à Langonnet ou la motte de la Roche Piriou à Priziac.
Des restes de fortifications plus tardives sont elles aussi accessibles (XIIe-XIVe siècle) : l'ancien château de Pont-Callec dans le parc du château moderne et les vestiges de ce qui semble avoir été une maison forte à Barrégant au Faouët, sur une hauteur surplombant l'Ellé.

L’habitat rural médiéval et d'Ancien Régime est bien représenté à travers deux exemples. Les loges de Lochrist à Ploërdut sont un exemple d'habitat non-sédentaire qui a perduré jusqu'au XIXe siècle. Une vingtaine de loges ont été répertoriées. Le hameau médiéval de Pont-Callec est un habitat rural datant du XIVe siècle. L'occupation perdure jusqu'au XIXe siècle. Une signalétique constituée de panneaux explicatifs permet un parcours déambulatoire à travers les vestiges restaurés. Pour sa période la plus ancienne, ce site est comparable au Village de l’an mil à Melrand ou d’autres choix scientifiques, à travers des fouilles archéologiques et des reconstitutions, ont été faits et ont permis aussi d’ouvrir le site au public.

Ces quelques exemples ne sont cependant que quelques arbres qui cachent la forêt….
 
De nombreux autres vestiges sont présents sur le territoire, mais ce patrimoine archéologique est fragile et non-renouvelable ! Sensibiliser le public, de plus en plus nombreux et curieux à s’intéresser à ce patrimoine est indispensable à sa protection et sa conservation.
Un inventaire archéologique a été entrepris en 2005 à l’échelle du Centre Ouest Bretagne. Cette vaste opération portée par le Pays Centre Ouest Bretagne a eu sa suite logique puisqu’un projet de valorisation d’envergure a été mis en œuvre afin d’en restituer les résultats au public. Il en est sorti une publication, une exposition, des dispositifs d’interprétation in-situ et un site internet très complet.

A l'échelle du Pays du roi Morvan, une opération de valorisation des sites est encours sur la période 2018-2020. Elle concerne 14 sites, du Néolitithique au  Moyen Âge central.

Pour une visite en centre Bretagne à l’heure archéologique, rendez-vous sur le site de Kreizy Archéo