Eglise Saint-Malo

Site et monument historiques ,  Eglise à Locmalo
  • Au Xe siècle, un clan de bretons du pays d’Aleth, l’actuel Saint-Malo, chassé de chez lui par les invasions normandes, s’installe sur le territoire qui n’a pas encore pris le nom de Locmalo. Le culte de Saint Malo, évêque d’Aleth et patron de la paroisse, se répand au XIe siècle.

    L’église Saint-Malo possède des éléments architecturaux variés qui s’expliquent par les nombreux remaniements qu’elle a subis. Du XVe siècle, la nef d’origine romane, sans bas-côté, représente la partie la plus ancienne de l’édifice. Deux chapelles seigneuriales remplacent les bras de transept. La chapelle nord est percée d’une belle porte gothique du XVIe. En ces temps, les Rohan ont fortement contribué à l’embellissement de l’église. Le classicisme de la fin de la renaissance se retrouve dans les pilastres soutenant la double corniche du portail.

    La tour-porche a été érigée d’après les modèles des massives tours morbihannaises du XVIe siècle. Son clocher est surmonté d’une croix, destinée autrefois à la protection de l’ancien cimetière.

    Parmi le riche mobilier de l’église figure un retable dont la partie gauche représente Saint Malo bénissant les fidèles. Jusque dans les années 1930, selon la coutume, on plaçait les jeunes enfants sous sa statue afin qu’ils apprennent à marcher.

    De nombreuses sablières aux motifs originaux ornent les poutres : sirènes, licornes, dragons, lions…mais aussi des centaures dont la fantaisie du bouclier fait oublier l’agressivité du combat.