Chapelle Saint-Yves

Site et monument historiques ,  Classé ou inscrit (CNMHS) ,  Chapelle à Lignol
OTPRM
OTPRM
OTPRM
OTPRM
OTPRM
RMCom
RMCom
RMCom
RMCom
  • La chapelle Saint-Yves est la plus grande des chapelles de Lignol. Selon une tradition, elle devrait sa construction à un miracle de Saint Yves. Alors qu'il rentrait de Bubry, il aurait, d'un signe de croix, éteint un incendie qui dévastait une maison religieuse dans le village.

    L'édifice primitif, de plan rectangulaire, est bâti au XVème siècle. Au XVIème siècle, s'y ajoute une chapelle seigneuriale, relevant du seigneur du Coscro. Une arcade en plein cintre permet la liaison des deux vaisseaux. La chapelle présente alors un plan en T. Au XIXème siècle, on rallonge la chapelle seigneuriale.

    En arrivant, on est immédiatement séduit par le pignon flamboyant de cette chapelle. Deux contreforts encadrent la façade. Un escalier, longeant un des rampants, mène à l'imposant clocher cornouaillais qui semble inspiré de ceux de l'église Notre-Dame de Kernascléden ou de la chapelle Saint-Fiacre du Faouët. La base carrée sur laquelle il repose est entourée d'un parapet ajourée, véritable dentelle de pierre. Il se termine par une flèche polygonale flanquée de quatre clochetons.
    On remarque également la porte en arc brisé du pignon ouest. Elle date du XVIème siècle.

    A l'intérieur, des sablières sculptées décorent les deux chapelles. Des motifs géométriques se mêlent aux personnages fabuleux et aux animaux fantastiques. Ainsi, des dragons s'apprêtent à avaler un pauvre misérable joignant les mains, n'ayant plus d'autre recours que celui de la prière. Les actes de piété n'étaient pourtant que rarement représentés sur les sablières. La prière n'est présente que quand le danger menace un individu. Ce danger est souvent incarné par un dragon prêt à festoyer. Ailleurs, une poule picorant un ver ne voit pas « Renart », dont le roman est un thème largement utilisé à l'époque, qui se prépare à l'engloutir ! Un peu plus loin, on voit deux moines tenant un livre ouvert. Ces personnages ont la tête renversée. Ce motif serait originaire de l'église Saint-Jean-Baptiste du Croisty.

    On y trouve également différentes statues dont une de sainte Marguerite, en bois polychrome.
Prestations
  • Activités
    • Randonnée pédestre