Chapelle Saint-Sébastien

Site et monument historiques ,  Classé ou inscrit (CNMHS) ,  Gothique ,  Chapelle ,  Edifice religieux à Le Faouët
OTPRM
OTPRM
RMCom
OTPRM
OTPRM
  • La chapelle a été construite entre 1598 et 1608, peut-être sur un édifice plus ancien dont les seuls vestiges sont les écus réemployés dans les vitraux. Il s'agit des écus de France, de Bretagne et des Boutteville. En 1632, Nicolas François du Fresnay se déclare seigneur prééminencier de la chapelle où ses armes sont les plus nombreuses.

    La chapelle présente un plan en croix latine. D'architecture traditionnelle, la chapelle possède quand même quelques caractéristiques originales. C'est le cas du chevet à trois pans-pignons dit « Beaumanoir », originaire de la région de Morlaix.

    A l'intérieur de l'édifice, on se laisse séduire par la jolie poutre de gloire en bois polychrome et par les quatre niches-crédence abritées dans le choeur. De superbes sablières ajoutent au charme des lieux. Elles relatent des scènes de chasse dont une, peu courante, au sanglier. On peut aussi y voir les déboires de Renart qui s'est emparé d'une poule mais doit se défendre contre toute la basse-cour venue au secours de la malheureuse victime. Le Roman de Renart était un thème souvent abordé sur les sablières. La danse, autre représentation habituelle, est aussi présente à Saint-Sébastien : les danseurs, vêtus de toilettes plus ou moins coûteuses, évoluent au son d'une cornemuse. Mais attention ! Si c'est le musicien qui ferme la farandole, c'est un diable cornu qui mène la troupe ! Il comptabilise les péchés des joyeux participants à cette fête villageoise.
Prestations
  • Activités
    • Randonnée pédestre